Retour aux articles

Je sécurise mon logement et ses occupants

Le monoxyde de carbone, un danger sous-estimé

Indétectable, le monoxyde de carbone est un gaz inodore et incolore. Chaque année à l’approche de l’hiver, il cause des intoxications, parfois graves. Et pourtant, ces accidents pourraient être évités… Si seul le détecteur de fumée est obligatoire dans les logements français, le détecteur de monoxyde de carbone peut également sauver des vies !

Monoxyde de carbone : d’où vient le risque ?

Le monoxyde de carbone est un gaz toxique qui se forme lors de la combustion incomplète d’une source d’énergie (bois, gaz, essence, charbon, butane, fuel). Plusieurs types d’appareils peuvent générer du monoxyde de carbone :

  • les appareils de chauffage : chaudière, chauffe-eau, chauffe-bain, chauffage mobile d’appoint ;
  • les inserts de cheminées et poêles ;
  • les cuisinières non électriques ;
  • les appareils d’extérieur : groupes électrogènes, moteurs thermiques, braseros.

Une concentration élevée de monoxyde de carbone peut survenir lors de la mauvaise utilisation d’un appareil : par exemple, utiliser un chauffage d’appoint en continu. Le manque d’entretien, de ventilation ou l’évacuation défaillante des produits de combustion comme un conduit de cheminée obstrué, sont des causes courantes.

Bon à savoir : les moteurs de voiture et les appareils de jardinage peuvent produire du monoxyde de carbone. La prudence reste de mise dans le garage !

Monoxyde de carbone : comment s’en protéger ?

L’approche de l’hiver est le moment idéal pour demander à un plombier-chauffagiste de vérifier vos appareils de chauffe avant leur mise en service. Faites contrôler et ramoner les conduits : une inversion de tirage ou un mauvais raccord de hotte sont des facteurs de risque !

Niveau aération : vérifiez que les grilles et systèmes de ventilation ne sont pas obstrués. Le gestionnaire de votre immeuble peut vous renseigner en cas de système de ventilation collectif. Pensez à aérer deux fois par jour votre logement pendant 10 minutes, eh oui même en cas de grand froid !

Côté cuisine, entretenez les brûleurs de votre cuisinière à gaz : la crasse peut empêcher le mélange air-gaz de s’effectuer dans de bonnes conditions. Astuce : la flamme doit être bleue et ne pas noircir vos fonds de casserole.

Le détecteur de monoxyde de carbone est votre meilleur allié ! Vendu à partir de 30 € dans les enseignes de bricolage, ce dispositif analyse le taux de monoxyde de carbone dans l’air et déclenche une alarme en cas de niveau trop élevé.

Bon à savoir : privilégiez un modèle de détecteur à fixer, recommandé par la Commission de la sécurité des consommateurs (2013). La mention de la norme européenne NF EN 50 291 doit figurer sur la boite.

Intoxication au monoxyde de carbone : quels sont les symptômes et comment réagir ?

Le monoxyde de carbone est un gaz asphyxiant, absorbé en quelques minutes par l’organisme. En cas d’intoxication légère, les symptômes sont des maux de tête, une fatigue persistante, des nausées, des vomissements. En cas d’intoxication aigüe, les victimes présentent des symptômes de confusion et peuvent perdre connaissance.

Si vous soupçonnez la présence de monoxyde de carbone dans votre logement ou si votre détecteur se déclenche, il est primordial de réagir rapidement.

  • Aérez immédiatement en ouvrant portes et fenêtres.
  • Éteignez les appareils à combustion, si vous le pouvez.
  • Évacuez les lieux.
  • Appelez les secours : le 112 (numéro européen d’urgence), le 18 (pompiers), ou le 15 (Samu).
  • Ne regagnez les locaux qu’après avoir reçu l’avis d’un professionnel, et éventuellement fait les travaux nécessaires.

Je sécurise mon logement et ses occupants

Découvrez aussi